Ametyst : Lettre ouverte à Midi-libre par l’Association des Riverains de Garosud

midi-libre-photo-ametystDans son édition du 1er novembre 2014 le journal Midi-libre titrait

Montpellier : du mieux attendu pour l’usine de méthanisation Ametyst

Cliquez ici pour lire l’article.

Pour votre information, vous trouverez ci-dessous des références publiques sur Ametyst vous permettant de repositionner le contenu de la lettre ouverte de l’association des Riverains de Garosud

Présentation effectuée par l’agglomération de Montpellier nommée le 7 février 2012

logo-aggloMaîtrise de la qualité des déchets ménagers dans la filière compostage: Retour d’expérience de MONTPELLIER AGGLOMERATION

Cliquez ici pour visionner la présentation

vous pouvez aussi vous remémorer l’article paru le 13 avril 2012 sur le site de

logo-20minutes

« L’usine de méthanisation Amétyst est opérationnelle »

Cliquez ici pour lire l’article :

Le 24 avril 2013 sur le site de la gazette des communes était anoncé :

logo-lagazettedescommunesL’agglomération de Montpellier résilie la DSP de son usine de méthanisation

Cliquez ici pour lire l’article

_______________________________________________________

 Communiqué de

l’association des Riverains de Garosud

adressé à la rédaction du journal Midi-libre.

 ASSOCIATION DES RIVERAINS DE LA ZAC GAROSUD
 ASSOCIATION REGIE PAR LA LOI DU 1ER JUILLET 1901
 50 Rue Esprit Auber 34070 MONTPELLIER
 04 67 42 76 17
 www.riverainsgarosud.org

Monsieur le Rédacteur en chef,

L’ Association des Riverains de Garosud souhaiterait réagir à l’article de Midi Libre du 1er novembre: « Ametyst du mieux attendu« .

Les conditions du renouvellement de la DSP de l’usine Ametyst pour les 10 ans à venir à l’ancien exploitant sont pour nous scandaleuses à double titre.

Tout d’abord, aucune leçon n’a été tirée de l’échec flagrant des 6 premières années d’exploitation. Monsieur Meunier affirmant même, en conseil d’agglomération, qu’il n’y avait pas à rougir d’Ametyst.

Que lui faudrait t-il donc pour que le rouge lui monte au front?

Apparemment le fait que l’usine envoie près de 90% des déchets qu’elle traite à la décharge ou à l’incinération, faisant payer ainsi deux fois la facture aux citoyens, n’y suffit pas.

Parler de valorisation énergétique quand l’usine consomme la majeure partie de sa production non plus.

Et que dire des 465 tonnes de composts produits en 2013 face aux 28000 tonnes promises dans le projet.
Les gains de productivité attendus dans ce contexte relevant plus de la poudre aux yeux que d’une analyse sérieuse de la situation.

Sans parler, bien sur, des nuisances et des risques inhérents à cette expérimentation permanente en site urbain.

D’autre part les 150 millions d’euros promis dans ce contrat sur 10 ans vont à l’encontre de toutes les politiques de réduction, de recyclage, de compostage issues du tri citoyen.

En effet nous allons payer pour gaver le monstre: 15 millions d’euros par an, c’est le prix pour traiter 150 000 tonnes environ de déchets soit la totalité de ce que produit l’agglomération de Montpellier.

Pourquoi dans ces conditions développer DEMETER ( seule structure qui valorise réellement) qui stagne à sa capacité maximale de 20 000 tonnes annuelles?

Comment demander à nos concitoyens de trier plus et mieux, notamment les déchets fermentescibles qui sont la clé de tout tri à la source et de toute valorisation de nos ordures, quand on remélange le tout à l’usine dans son nouveau fonctionnement « tout BRS »

Si une politique de tri à la source était mise en place comme à San Francisco ou Milan, nous pourrions baisser de 40 000 tonnes le tonnage des déchets entrants à Ametyst en 3 ans.

Le ministre de l’environnement encourage d’ailleurs la mise en place d’une politique « Zéro déchet, zéro gaspillage » étant donné les succès rencontrés partout où elle a été mise en place.

On imagine aisément les dizaines de millions d’euros économisés sur 10 ans, les gains pour la santé et pour l’environnement,sans compter les créations d’emplois.

Parler d’écologie et de citoyenneté quand on donne 150 millions d’euros pour Ametyst relève d’un jeu de dupe honteux.

Le Président de l’agglomération n’a pas tenu les promesses du candidat Philippe Saurel :

  • Promesse d’un audit complet sur Ametyst (process, analyse des matières entrantes et sortantes, bilan qualitatif, quantitatif ainsi que l’impact sur l’environnement et la santé)
  • Promesse d’un audit sur la politique de gestion des déchets de l’agglomération.

Il aura, c’est évident,les plus grandes difficultés à respecter aussi son engagement de ne pas créer un troisième casier à Castries, vu qu’aucune autre solution n’est envisagée et que la politique actuelle du  » tout Ametyst » va remplir le deuxième en moins de temps que prévu.

Nous considérons que malgré ses nombreuses sollicitations, il ne devrait pas déléguer un dossier de cette importance vu l’impasse dans laquelle nous nous trouvons.

Nous attendons qu’il se repositionne selon ses engagements comme le candidat écologiste et citoyen pour redéfinir la politique de traitement des déchets de l’agglomération de Montpellier.

Pour l’Association des Riverains de Garosud

le porte parole
François Vasquez
Membre de la commission de suivi de site d’ Ametyst depuis l’origine.

1 comment for “Ametyst : Lettre ouverte à Midi-libre par l’Association des Riverains de Garosud

  1. renegat
    14 novembre 2014 at 16 h 32 min

    Le maire de Castries a annoncé que la décharge de Castries n’était plus productrice de mauvaises odeurs: les quelques personnes volontaires pour signaler ces mauvaises odeurs ne se sont pas manifestées durant l’année. Les autorités politiques en ont conclu que dès à présent tout marchait très bien. Après quelques sommaires vérifications nous nous sommes rendu compte que certains de ces  » lanceurs d’alerte odeurs » avaient déménagé et pas remplacés. Mais chose plus comique, la Communauté d’Agglomération de Montpellier a trouvé le moyen de supprimer les odeurs en utilisant un gaz masquant, cela coûterait quelques centaines de milliers d’Euros aux contribuables que nous sommes, sans savoir, si à la toxicité des gaz produits par la fermentation, on n’ajoute pas une toxicité des gaz masquants. Il existe des gaz sans odeurs et extrêmement toxiques.
    Sur la question des déchets, nombreux sont ceux qui s’accordent sur la nécessité de la réduction à la source. Une véritable politique de réduction des déchets est-elle possible sans remise en cause des installations, des opérateurs et de l’organisation actuelle de la filière des déchets. La dimension des équipements, Amétyst, (record de taille) , l’incinérateur, permettent-ils une réduction des apports?(clauses techniques et contractuelles). Nous devons réfléchir ensemble et nous organiser pour mener ce combat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *