Et si l’on parlait un peu d’intérêt général sur notre territoire.

La conception française de l'intérêt général exprimée par J.J Rousseau dans le contrat social ne résulte pas de la somme des intérêts particuliers. Au contraire, l’existence et la manifestation des intérêts particuliers ne peuvent que nuire à l’intérêt général qui dépasse chaque individu, pour être la volonté d'une collectivité de citoyens en tant que telle.

Force est de constater que certains de nos élus normalement garants de l'intérêt général en ont une conception anglo-saxonne (à la Adam Smith !). Cet intérêt général n'est alors que la résultante d'intérêts individuels. Ils préfèrent répondre,  non pas aux besoins collectifs partagés, mais plutôt aux besoins personnels de leurs électeurs ou d'éventuels futurs électeurs, ainsi qu'à certains lobbies locaux. C’est toujours d'avantages personnels dont il est question.

Les citoyens doivent pouvoir se faire entendre et participer à l’exercice des responsabilités collectives. La notion d'intérêt général telle qu'appliquée dans notre pays, héritée de la déclaration des droits de l'homme, doit rester un des fondements des droits fondamentaux de notre république.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *