Traitement de nos eaux usées à MAERA… éloignons les pollutions chez nos voisins!

Le 5 décembre 2017, l’association castriote l’Atelier Citoyen a organisé une réunion d’information : l’EAU dans tous ses états.

Notre eau potable, sa gestion, sa qualité… Mais aussi nos eaux usées.

Confirmation nous a été donnée sur le rattachement de nos eaux usées au réseau métropolitain et à la méga station de MAERA.

Quelle aberration à tous points de vue !

– enfouir 12 kms de tuyaux, pour apporter nos eaux usées jusqu’à la station située à Lattes (méga station qui pose de nombreux problèmes ) avec des risques de présence d’hydrogène sulfurée (toxique) dans les canalisations du fait de la longueur et des faibles pentes.

– depuis MAERA, expulser en mer nos eaux encore polluées car seulement partiellement traitées, via un émissaire qui rejette cela à environ 11 km au large. Zone bien connue des pêcheurs et des plaisanciers, et contournée chaque fois que possible car pas vraiment agréable.

– la station MAERA n’est pas adaptée à une telle capacité de traitement. Qu’à cela ne tienne, nous allons procéder à son extension et sa modernisation et y engloutir encore des millions d’euros supplémentaires.

Coût financier : notre station de Castries n’est plus aux normes ? n’est plus en capacité d’absorder les 6000 eh, soit mais la remettre en état ne serait-il pas moins couteux ? Et même si cela coutait plus cher, qu’est-ce en regard des couts environnementaux.

Car comment justifier le rejet d’eau douce en mer, quand nous sommes de plus en plus sujets à de grandes périodes de sécheresse et alors que cette eau pourrait être dépolluée et recyclée à l’aide de stations d’épuration de type végétal de proximité intégrées au paysage, plus écologique et plus économique

Pourquoi choisir de mettre en danger les populations de Lattes et Palavas en cas de crues, du fait de l’absence de réseau pluvial à Montpellier, qui entraîne la saturation de MAERA et l’utilisation d’un bypass renvoyant directement les eaux usées dans le milieu naturel ?

Comment justifier le rejet en mer de cette eau polluée avec entre autres des restes médicamenteux qui affectent la vie sous-marine ?

Qui prend de telles décisions ? La métropole, nous est-il répondu ! La métropole toujours ! Mais que fait notre maire à la métropole puisqu’il y est notre représentant ? Quand réfléchit-il sur les dossiers importants ? Quand organise-t-il un débat au sein du conseil municipal, quand consulte-t-il la population pour des choix aussi graves pour l’avenir ?

Monsieur le Maire, il n’y a pas qu’un château à défendre à Castries. Il y a aussi la VIE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *