Compostage des déchets ménagers et valorisation des déchets verts

Nous avons soutenu les actions associatives de formation au compostage et au broyage des déchets verts dans les jardins individuels et d’installation des composteurs collectifs

Bilan des composteurs dans les jardins :
De plus en plus de compostage est pratiqué dans les jardins avec ou sans composteur.
Les formations qui ont été réalisées ne préconisaient pas de composteur, mais seulement une petite fosse de 20 cm de profondeur sur 1 m² environ recouverte d’une couverture. (Le composteur en plastique distribué par la Métropole n’est pas satisfaisant, tant au niveau environnemental qu’économique ).
Souvent les jardins sont trop petits, des composteurs collectifs judicieusement installés pourraient être développés.
Le broyage des déchets verts avec un broyeur adapté (d’un coût d’environ 400 €) est efficace. Le broyage est utilisé en partie comme matière carbonée du compostage et le reste comme paillage dans le jardin, améliorant progressivement la fertilité du sol.
La plupart des jardins malheureusement n’ont pas adopté cette formule (à noter que certaines communes subventionnent l’achat de broyeurs individuels). Aujourd’hui les déchets verts sont transportés à la déchetterie. Pour éviter ces fastidieux transports, les propriétaires des jardins remplacent leurs haies par des murs en ciment. Ce bétonnage est dommageable à notre environnement et pourrait être évité. Ainsi que nous l’avons proposé à la mairie, la solution est de créer des points de dépôt des déchets verts dans les quartiers, qui seraient alors broyés par le service municipal. Le broyat est laissé en place pour utilisation dans le compostage et le paillage. Cette formule est la plus écologique ainsi que la plus économique pour la communauté.
 

Bilan des composteurs collectifs.
Un premier composteur en bois a été installé dans le square Coste avec la participation de la mairie pour sa fabrication. Le résultat, dès la première année, s’est avéré satisfaisant, les riverains approvisionnaient régulièrement le compost en broyat (BRF). Le compost obtenu a été répandu sur une plate-bande qui a produit spontanément des tomates, melons, courges. Malheureusement la mairie n’a pas assurer le suivi et la fourniture en BRF. Puis le square a été fermé de façon aléatoire, décourageant les utilisateurs et le composteur a fini par être brûlé l’été dernier !
Deux autres composteurs collectifs en plastique fournis par la Métropole ont été installés aux Chênes Verts et à La Guesse avec la participation d’un employé de la Métropole spécialisé dans le suivi du compostage. Il s’était engagé à fournir du BRF lui-même et à faire des visites régulières, ce qui n’a pas été fait. Celui de la Guesse a été délogé par les travaux. Celui des Chênes Verts fonctionne tant bien que mal, sans apport de BRF…
Une initiative individuelle a installé un composteur collectif près de l’Espace Gare avec un petit jardin de légumes à côté, ça marche mais l’absence d’eau limite l’intéret de cette réalisation.

 Le compostage individuel et collectif est la façon la plus économique et plus écologique de traiter quelque 30 à 40 % de nos ordures ménagères. Ça ne marche que s’il y a un suivi avec des employés municipaux fournissant le BRF, apportant conseils, formation, animation, veillant à la propreté du lieu… C’est un choix politique qui n’a pas encore été fait. Pour le moment, ce sont les délégataires de service public qui s’enrichissent sur notre dos dans le transport et le traitement de ces déchets, au détriment de la fertilité de nos sols, et au profit de la pollution (voir rapport la Cour des Comptes).
Le traitement des déchets verts coûte actuellement cher à la communauté, alors que, traités localement, ils peuvent devenir à peu de frais un moyen d’enrichir les sols de Castries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *