Scènes de vie de Mobilité quotidienne.

Castries à la Pointe de la mobilité ? Oui, Mais c’est pas nous, c’est la Métropole…
    
Scène 1
Je suis dans la navette à partir de Notre-Dame de Sablassou. Une jeune femme se présente et demande si cette navette est bien celle qui va sur Castries. La réponse est positive mais la question est : 
– Avez-vous réservé ? 
– Réservé ? Heu, non… 
– Il le faut, cette navette est sur réservation, regardez ce panneau. 
– Je ne comprends pas, j’arrive de la gare avec le tram pour aller à Castries. 
Après un bon moment d’échange entre la jeune femme et le conducteur, celui-ci accepte qu’elle voyage jusqu’à Castries en lui précisant que cette situation est exceptionnelle ! Arrivés sur Castries, nous échangeons sur cette situation et elle m’explique que c’est la première fois qu’elle se retrouve obligée de réserver un transport en commun. 
    
Scène 2
Vendredi, je rentre de Paris en TGV en compagnie de ma cousine qui est en situation de handicap. N’étant pas certain du temps que nous allons mettre entre la gare et Sablassou, je réserve par Internet, à partir du TGV, deux places dans la navette de 16h30. Nous arrivons à Sablassou à 15h45. La navette de 16:00 est présente, des places sont libres. Je me présente au conducteur et lui demande si nous pouvons prendre cette navette bien qu’ayant réservé pour 16h30. La réponse est négative et il nous est demandé d’attendre. La navette partira avec 4 sièges vides en plus des places pour les personnes en situation de handicap.
    
Scène 3  
Je suis dans la navette, un homme se présente et demande s’il lui serait possible de prendre la navette. 
– Avez-vous réservé ? 
– Non. 
– Désolé, il faut réserver. 
– Je sais, lui répond l’homme, mais je n’ai pas Internet à la maison. 
– Vous pouvez le faire par téléphone. 
– Vous savez, lui répond l’homme, je suis mal entendant, cela ne m’est pas facile et je ne peux pas réserver par SMS. La réponse est sans détour : 
– Alors, vous devez attendre le 612 à partir de 16h30. 
Résultat : La navette part avec des places libres et l’homme attendra seulement une heure trente.
    
Scène 4
8:30 du matin, il me faut aller sur Montpellier ce matin pour un rendez-vous imprévu. Je décide donc de réserver une navette. Hélas le 04 67 22 87 87 n’est pas encore ouvert, pas de problème, Internet est ouvert 24/24. Je tente donc de réserver la navette de 9h30. Réponse imparable. Je ne peux réserver la navette de 9h30 car le délai est dépassé. Il n’est pas possible de réserver une navette à moins d’une heure.
    
Scène 5
Départ pour Paris par le TGV de 9h24. L’équation est relativement simple : prise du 612 de 8h10 à l’arrêt Castries/Aqueduc, arrivée prévue 8h35 à Sablassou plus 20 minutes de TRAM pour Saint-Roch, arrivée à la gare au plus tard 20 minutes avant le départ. Hum ! C’est sans connaitre la fameuse phrase du président de la Métropole :  À quoi sert un bus dans un embouteillage ! Ou plutôt : À quoi sert un bus dans les embouteillages ! En effet, le premier embouteillage arrive à la sortie de Castries ! Hé oui, la déviation n’a pas tout réglé. Une fois passé le rond-point du L.I.E.N, survient le deuxième, le fameux feu de Vendargues et puis le troisième sur la D613 en direction du Crès et le quatrième, le rond-point de l’Aube Rouge. Résultat, le tram est bien parti. Mais attendez, la loi de Murphy existe. En prenant le tram de 9h00, l’arrivée à l’arrache est à 9h24 sur le quai A où le TGV est encore présent. Hélas, les portes sont fermées alors, impossibilité de monter à bord. Il ne reste plus qu’à échanger mon billet pour tenter de prendre le suivant. J’ai une carte Fréquence SNCF ! Arrivé au guichet, il m’est annoncé un supplément. Comme quoi le Président a toujours raison. À quoi sert un bus dans les embouteillages ?
    
Scène 6
Les tarifs ! Sur tout le réseau du TRAM, il est possible d’acheter un ou des tickets aux bornes disponibles aux arrêts. Le tarif unitaire est de 1,60 euros mais il est aussi possible d’acheter un carnet de 10 voyages et cela à 10 euros, soit 1 euro le voyage, valable une heure à compter de sa validation, incluant donc les arrêts sur Castries. Mais l’inverse n’est pas possible, pas un arrêt sur Castries ne le permet et donc l’achat unitaire sera toujours tarifé à 1,60 Euros.     
    
Scène 7
P+TRAM, vous connaissez, alors pourquoi pas Bus+TRAM ? Prenons une famille de quatre personnes souhaitant se rendre sur Montpellier un samedi de 10h00 à 16h00. Deux options s’offrent à cette famille. En voiture de Castries à Sablassou, acquittement d’un ticket à 3,20€ avec la carte 3M ce qui donne accès aux heures de parking et, magnifique, un ticket de transport TRAM A/R pour toute la famille. La même famille sans voiture paiera 8×1,60 soit 12,8 Euros alors que son bilan carbone est moindre. Cherchez l’erreur, mais comme on dit : « C’est pas nous, c’est la Métropole »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *