Du jumelage à l’amitié entre les peuples

amitiésLe développement de relations entre villes, qu’elles soient nationales ou internationales, est un élément important pour une commune comme Castries.

En effet, découvrir comment d’autres citoyens appréhendent leur vie quotidienne, échanger avec eux sur l’organisation de la vie sociale, culturelle, éducative, économique et politique sont les éléments nécessaires à l’amélioration de la vie locale.

Depuis maintenant trois années (avril 2011), Castries est jumelé avec une ville italienne nommée Volpiano. Plusieurs événements se sont déroulés à Castries ou à Volpiano, permettant à des Castriotes de partager leur passion culturelle et sportive, permettant à quelques-uns de visiter Volpiano ou de recevoir des ami(e)s Italien(ne)s. Il est certain que tous les Castriotes qui ont eu la chance de participer à une activité de jumelage en ont tiré un plaisir et une expérience personnelle exceptionnels.

Pour la petite histoire, il a été intéressant de découvrir que la ville de Volpiano a eu à traiter, en même temps que Castries, la gestion de l’eau. Très enrichissant a été de comprendre comment les élus locaux ont géré cette période en terme de démocratie locale, de comprendre comment a été organisé un référendum local et enfin de constater la détermination de la population et de sa municipalité à garder la gestion de l’eau dans le domaine public. Cette expérience reflète une facette de ce que peut apporter un jumelage.

Comment peut-on imaginer une diversité de jumelages permettant au plus grand nombre de Castriotes de trouver leur place, de participer et d’être en position de s’engager dans ces actions ?

La première proposition est politique, les élus municipaux doivent exprimer clairement leurs orientations définissant les objectifs à court, moyen et long terme de leur engagement sur l’action des  jumelages et surtout voter une ligne budgétaire mise à la disposition des actions participatives.

La seconde proposition est structurelle et est liée au comité de jumelage. Son organisation et sa composition doivent être revues afin de tendre vers une structure associative dans laquelle citoyens, élus et associations seront en position de débattre, de participer et de prendre des décisions opérationnelles.

La troisième proposition est relative à l’orientation de la notion du jumelage. Faire OMSadhérer Castries au réseau de l’Organisation Mondiale de la Santé des Villes Françaises  permettant de donner un sens supplémentaire à ce que le jumelage peut être. Participer à ce réseau  permettra d’ancrer et d’amplifier les actions du Centre Social touchant à la prévention, au handicap, à l’intergénérationnel, etc. Comme le définit la charte de l’OMS : « Favoriser un environnement propice à la santé / Agir sur les déterminants de la santé / Réduire les inégalités / Prévenir les risques en amont / Collaborer dans l’intérêt des plus vulnérables.»

La quatrième proposition est l’extension du jumelage à l’international. Développer de  nouveaux jumelages est aussi gage de participations nouvelles et diversifiées. La proposition est un jumelage avec une ville africaine.african

Pourquoi ? Simplement parce que, depuis quelques années, une association castriote « Castries Village Solidaire » reçoit une subvention  (cette année 6000 euros) du conseil municipal. Son activité a été souvent relatée par des conseillers municipaux membres de cette association et consiste au développement d’une entraide entre Castries et des villages Africains dans le domaine culturel et structurel. Il est important de développer ce type d’entraide, de développer ces soutiens, mais l’engagement des élus de Castries de se jumeler avec une ville africaine serait une reconnaissance importante des peuples africains et de leurs élus.

Vouloir atteindre ce type d’objectifs demande la mise en place d’une volonté politique de collaboration et de développement reposant d’abord sur la notion d’Amitié entre les Peuples.

Animer et porter cette volonté demande du temps, de l’engagement et surtout une transparence totale dans le processus de décision.

L’impulsion d’initiatives permettant l’implication du plus grand nombre ne se décrète pas, Elle se construit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *